La République des idées MC2 :
tables rondes, débats, conférences
La République des Idées, plus que jamais convaincue qu’il est urgent de refonder les conditions de notre être-ensemble, lance les Ateliers du présent. Boîte à idées destinée à mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons, ils ont vocation à associer intellectuels, artistes, acteurs du monde social et politiques, au service d’une réflexion attentive aux enjeux de notre temps. Ce forum, ‹ Refaire société › en est la première édition.

Accueil du site > Les ateliers du futur

Les ateliers du futur

Les ateliers du futur sont animés par la rédaction de la revue La Vie des idées.

Au programme :

Lectures, sur le même sujet :

Le monde en 2112. Utopies pour après-demain, dossier coordonné par Ivan Jablonka & Nicolas Delalande, La Vie des idées, octobre 2011.

Vos utopies

  • Le 12 novembre 2011 à 08:15, par Frédéric En réponse à : Les ateliers du futur

    Mon utopie ? : que l’on mette fin une fois pour toutes aux ghettos urbains. Je parle bien sûr des ghettos de riches. Car toute constitution d’un ghetto de riche génère un ghetto de pauvre. C’est simplement mathématique. Il faut donc réintroduire 30% de mixité dans tous les quartiers favorisés, et de même dans toutes les écoles favorisées, du primaire aux grandes écoles. L’agglomération de Grenoble est une belle illustration de la politique des ghettos : le centre ville inaccessibles pour les classes moyennes et pour les ménages modestes (sauf en logement insalubre), en périphérie (Echirolles) des écoles avec 90% de boursiers et des classes spéciales pour les familles étrangères qui ne maîtrisent pas la langue. De nouveaux quartiers moderne (éco-quartier de Bonne) sans réelle mixité sociale.

  • Le 12 novembre 2011 à 21:02, par Algebrista En réponse à : Les ateliers du futur

    Suite des États Généraux de l’Économie Sociale et Solidaire à Paris et aux Dialogues en humanité à Lyon, L’OUvroir de CItoyennetés POtentielles ( L’OUCIPO - facilitateur de réciprocité) conduit une recherche-action en sciences sociales avec le label régional " Rousseau 2012". Il tricote le tricentenaire de naissance du grenoblois Jacques de Vaucanson ( les automates) avec celui de Jean-Jacques Rousseau son contemporain et benjamin d’un an, avec le centenaire de Jean Vilar, pour une présence au Festival d’Avignon en 2012. Annonce faite au Théâtre des Idées en Avignon animé par Nicolas Truong lors du Débat " Peut-on réinventer l’école ?" Philippe Meirieu et Marcel Gauchet le 13 juillet 2011.
    cf. " Mobilisation de savoirs dans les espaces intermédiaires de l’action publique" MOSAP ENS Lyon janvier 2010.

    L’OUCIPO animé par Michel-Jean LAVEAUD
    adhérent de FORESCO ( Formations Réciproques Echanges de Savoirs Créations collectives)
    cf. " Parier sur la réciprocité. Vivre la solidarité" Chronique social/ Comprendre la société. Ouvrage collectif franco-québécois présenté le 30 octobre à Universcience ( La Villette , Cité des métiers, Cité numérique, Cité de la santé).
    Chef de projet interrégional pour les "Jean-Jacqueries 2011 2012" avec Les Ateliers d’Algebrista , il met en œuvre "Dis-moi dix mots qui te racontent" www.dismoidixmots.culture.fr comme outil de rémédiation entre les territoires, les institutions, les générations. La RELIANCE.
    Recherche-action documentée par le Blog Les Ateliers d’Algebrista hébergé sur le site www.ressources-solidaires.org . Les Droits ACTIFS de l’enfant associés aux Droits culturels ( Déclaration de Fribourg 2007) avec l’ESS remédiatrice.

  • Le 13 novembre 2011 à 15:28, par PEDRO En réponse à : Les ateliers du futur

    Que les 400 à 500 Millards de Dollards de "Relance" annuelle pour la croissance et la démocratisation du Monde soit signé manuellement par le Président des Etats Unis.

  • Le 13 novembre 2011 à 18:57, par FILS Jacky En réponse à : Les ateliers du futur

    J’ai, pour ma part, écrit un roman intitulé "un monde gratuit" que vous pouvez vous procurer à cette adresse sois sous forme de livre, sois sous forme d’un pdf à télécharger "gratuitement", évidemment. J’aime dire qu’une utopie n’est que la première étape de quelque chose qui ne s’est pas encore réalisé. J’ai l’intime conviction que nous devrions arriver un jour à ne "travailler" que deux ou trois heures par jour. Ce serait l’aboutissement logique d’une société qui évoluerait vers une meilleure harmonie et qui respecterait les équilibres et les autres. L’espérance de vie augmente, notre capacité à se fatiguer moins aussi. Il nous reste à bannir le profit et ne garder l’argent que pour ce qu’il a été créé, un moyen simple d’échanger. Un jour, les machines seront exclusivement au services des hommes, et non pas de ceux qui les possèdent, les exploitent et en font des leviers pour asseoir ce qu’ils pensent être de la puissance. Mais la nature est en train de nous remettre dans les bons rails. Enfin, j’espère. Quoi !!! je suis un Utopiste ? Oui, et alors...

  • Le 13 novembre 2011 à 19:03, par FILS Jacky En réponse à : Les ateliers du futur

    Je pense que j’ai oublié de placer cette adresse dans le message que j’ai écrit précédemment.

    http://www.ilv-edition.com/librairi...

  • Le 15 novembre 2011 à 08:58, par Agnes SMH 38400 En réponse à : Les ateliers du futur

    j’ai le sentiment que le côté participatif de la salle a quelquefois été bridé. Les références directes ou indirecte de M. Rosanvallon à la CFDT m’a déplu... Le sujet de ce forum etait il de faire passer les idées du PS pour les prochaines élections ?
    MERCI à Françoise Héritier de ce moment rare d’intelligence et féministe au sens plein du terme. Enfin, quand on pose comme sujet "quels nouveaux lieux de convivialité ?" et qu’on exclut les indignés de Grenoble, peut on être crédible...
    je souhaiterai aussi connaitre la composition sociologique du public-citoyen, les classes sociales ouvrier/chomeur/retraité pauvre étaient elles présentes à la MC2 lors de ces 3 jours ??
    Merci de vos réponses

  • Le 15 novembre 2011 à 22:50, par Valmar En réponse à : Les ateliers du futur

    Si nous voulons que celà change nous devons boycoter tous les députés dont il y de fortes présomptions d’avoir commis des actes délictueux. Mais aussi ceux qui ont accomplit plus de deux mandats et leur interdire toute autre activité extraparlementaire, comme avocat par exemple. La plus part des députés sont des lobiistes sans vergogne et les restants leurs complices.

  • Le 17 novembre 2011 à 13:45, par Eric Thuillier En réponse à : Les ateliers du futur

    J’ai rencontré cette sollicitation à dire « mon Utopie » en recherchant le moyen d’intervenir après la publication du supplément du Monde paru il y a huit jours que je n’ai lu que maintenant. Je donne cette précision car il me semble que l’enfouissement rapide de l’information, même quand elle concerne un projet intemporel comme celui de faire ou de refaire société, sous des masses d’informations est un des motifs non négligeable qui nous empêche de penser. Nous sommes en permanence réquisitionnés sur le front de l’information, sur le front des dommages immenses et variés que subit l’humanité au point que nous avons à peine le temps d’en prendre connaissance et bien sûr pas le temps du tout d’entreprendre les réparations nécessaires.

    Depuis bientôt quarante ans – depuis le début d’une crise sans véritable interruption – j’ai lu dans le Monde un nombre incalculable de pleines pages d’analyses et de commentaires sur la dégradation qui s’opère sous nos yeux de la société et du sentiment d’appartenance à la société. Une foule d’analyses pénétrantes et intelligemment exprimées et à peu près jamais de propositions de remèdes, comme si même les plus clairvoyants avaient intégré l’idéologie de l’impuissance dont les avantages sont également répartis entre la folie collectiviste des grandes machineries financières et la folie individualiste des hommes.

    Mon Utopie est de croire que pour la résolution durable de cette crise, nous négligeons la ressource principale qui se situe dans le cœur et l’esprit des hommes. Depuis longtemps et de plus en plus sous une forme qui devient presque comique, nous déléguons le problème à des surhommes qui connaissent le fonctionnement des vannes à milliards. Tout est question de flux financiers et entre deux informations sur les milliards, (ceux qui manquent, ceux qu’ils faut trouver, ceux qui sont cachés dans tel pli de la société), on nous répète que les marges de manœuvres sont étroites, que les curseurs à milliards sont quasiment bloqués.

    Mon Utopie est des croire que lorsque les marges de manœuvre financières sont étroites, il faut élargir les marges de l’esprit humain, il faut inventer, il faut puiser dans l’immense et inépuisable source du désir de « faire société ». Et pour cela il faut stimuler ce désir en le confrontant à des propositions qui entre en résonance avec lui et pas seulement décrire les mille obstacles qui s’opposent à son expression. Dans un petit manifeste (une dizaine de pages, un petit quart d’heure de lecture) je donne un point de vue sur une orientation possible. Je ne sais pas si les solutions que je propose sont adaptées, je sais seulement que les solutions et les débats utiles à leur dégagement ne tomberons pas du ciel, qu’elles exigent un travail et qu’une proposition inaboutie ou même risible peut être un agent de ce travail, un outil dont la forme n’a pas besoin d’être identique à ce qu’il veut transformer ou à ce qu’il veut produire.

Répondre à cet article

modération à priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

 
partenaires
Contact | L'équipe du forum | Mentions légales | Plan du site Suivre la vie du site